Uwagi o geologii wschodniokarpackiego przedgórza

Bohdan Świderski

Abstract


Sur la géologie de l’avant-pays de Karpates Orientales Polonaises

Les nombreuses études, parues ces derniers temps sur la géologie des Karpates orientales polonaises et de leur avant-pays, nécessitent une mise au point de quelques problèmes tectoniques et paléogéographiques importants. Il s’agit en premier lieu du rapport entre les nappes inférieures du flysch crétacé-paléogène et la série miocène de l’avant - pays, composée de conglomérats aux éléments dobrodgéens - prékarpatiques (conglomérats de Słoboda), de grès et schistes gris (couches de Dobrotów) et d’une formation à coloration rouge avec des gisements de sels potassiques, ainsi que des équivalents faciaux de ces couches. Cette série a été considérée auparavant par l’auteur comme une nappe de chevauchement indépendante (nappe de Słoboda) et enracinée au SW de la nappe du flysch de Pokucie — terme inférieur de l’édifice structural des Karpates orientales. Les contacts discordants et anormaux, existant entre les différents horizons éocène-oligocènes et les conglomérats à la base de la série miocène ne peuvent être expliqués, d’après l’auteur, par le plissement dysharmonique d’une série sédimentaire continue et, d’autre part, un charriage à grande amplitude de la série miocène sur l’unité tectonique de plis de Pokucie semble d’après les nouvelles études plutôt douteux. L’explication de la structure géologique des Karpates de Pokucie la plus vraisemblable serait de considérer la série miocène comme transgressive sur le flysch des plis de Pokucie (plissé, exondé et érodé avant la sédimentation des conglomérats de Słoboda) et formant un cycle sédimentaire indépendant et plus récent. Cette série ¿i été ensuite partiellement décollée, dé jetée et chevauchée vers le NE de 4 à 6 km par rapport à l’unité inférieure de plis de Pokucie. Elle a été en outre charriée avec ceux-ci vers l avant-pays sur une étendue plus considérable, aux temps miocènes. La zone méridionale de l’avant-pays des Karpates orientales, constituée à la surface par les plis de la série miocène, plus ou moins serrés et dont les axes tectoniques plongent vers le NW, formerait ainsi un élément tectonique parautochtone, partiellement enveloppé daims les chevauchements bordiers constituant les éléments inférieurs de l’édifice structural des Karpates. La largeur primitive du synclinorium miocène de l’avant-pays des Karpates naissantes, dont les rivages SW empiétaient sur les unités tectoniques du flysch déjà charriées et au moins localement érodées vers la fin du paléogène, a été fortement réduite par suite de l’orogenèse miocène. Ces plissements ont eu lieu contemporainement et postérieurement à la sédimentation des termes supérieurs de la série miocène, avec l’exondation et l’érosion de rides anticlinales au milieu du synclinoirium et la formation de cuvettes synclinaies secondaires, où se précipitaient les couches de sels potassiques. Aux cycles sédimemtaires du flysch crétacé-paléogène des Karpates correspondaient dans l’avant-pays les dépôts du crétacé et de l’éocène inférieur d’un caractère calcaire, différents du flysch et conservés dains le matériel macroclastique des conglomérats de Sloboda. Ce n’est qu’à l’éocène supérieur et à l’oligocène que la sédimentation à faciès du flysch envahissait l’avaut-pays des Karpates. Contemporainement à la lente surrection des Karpates et des massifs cristallins prékarpatiques a eu lieu l’extinction du cycle sédimentaire du flysch, avec formation dans la zone bordière des nappes karpatiques et au large de l’avant-pays des couches du salifère inférieur. Le cycle sédimentaire miocène débuta par la destruction érosive des troncs cristallins prékarpatiques et par leur immersion complète. Dans un espace considérablement rétréci, par rapport aux mers du flysch, se déposèrent ensuite les formations détritiques au dépens du matériel karpatique. Le déolinement de ce cycle dans le tortonien inférieur, grâce aux plissements et aux conditions climatiques, a eu pour suite le dépôt des gypses et de la formation sallifère potassique. Les plissements et les chevauchements, surtout le long de la marge méridionale du synclinorium bordier, ont provoqué son nouveau rétrécissement et l'approfondissement de la zone pé ripodolienne, avec une sédimentation marine plus uniforme du tortonien supérieur (présarmatien) et avec deltas, cônes de déjection et dépôts d’eau douce le long du bord oroigraphique des Karpates. Les mouvements orogéniques ont continué aux temps poist-toirtoniens, en plissant les dépôts du tortonien supérieur, au front des tronçons SE et NW des Karpates polonaises orientales. La poussée postume des nappes du flysch vers l’avamt-pays a eu alors pour suite le chevauchement de la nappe de Pokucie sur le présarmatien. L’évolution orogénique des Karpates orientales et de leur avant-pays polonais continuait encore au pliocène, comme le témoignent les hauteurs relatives des terrasses des fleuves karpatiques.

Full Text:

PDF