Przyczynek do znajomości utworów górnojurajskich pasma krakowsko-wieluńskiego i środkowej Widawki

Józef Premik

Abstract


Contribution a la connaissance des dépôts suprajurassiques de la chaine de Cracovie a Wieluń et du cours moyen du fleuve Widawka

A l’Est du versant de la chaîne Cracovie—Wieluń, à Rudnik près de Częstochowa et environs (fig. 1), j’ai constaté dans le dépôt jurassique un profil du bas en haut, à savoir: 1. Des calcaires rocheux qui se caractérisent par leur couleur blanche et par leur structure compacte. Leur stratification est peu apparente. Parmi les fossiles on rencontre le plus souvent Rhynchonella Astieriana. 2. Au-dessus, reposent des calcaires blancs finement stratifiés^ sans fossiles. 3. Dans les dépôts précédents se trouvent des calcaires en dalles dont l’épaisseur atteint 100 mètres. 4. Des marnes bleuâtres, dures et compactes, dont l’épaisseur atteint 6 mètres, reposent le plus haut. Parmi les fossiles il faut énumérer Astarte scalaria Roem. et Astarte cingulata Cont. Les dépôts ci-dessus mentionnés forment une suite d’anticlinaux et de synclinaux plats. Les noyaux des synclinaux sont faits de marnes bleuâtres. Le calcaire rocheux, à cause de sa nombreuse faune, a été classé par Ro eme r [3], par Kontkiewicz [12] et par Sujkowski [22] dans l’étage du Séquanien supérieur ou relativement dans la partie inférieure du Kimméridgien moyen. Les calcaires finement stratifiés sont probablement du même âge. Les calcaires en dalles, dont l’épaisseur atteint 100 mètres, n ’ont pas de fossiles caractéristiques, mais leur position stratigraphique indique nettement l’âge Kimméridgien supérieur et même l’âge Portlandien inférieur. Les marnes bleuâtres doivent être classées tout au moins dans le Portlandien inférieur en égard à la grande affinité aux dépôts du Portlandien aux environs de Tomaszów et de l’Allemagne et en égard à la position des calcaires en dalles. Sujkows k i [22] décrit des dépôts identiques dans les environs de Wolbrom. Cet auteur considère les marnes bleuâtres comme étant les plus âgées et les calcaires rocheux comme étant plus jeunes. Mais l’analyse de la carte géologique de cet auteur prouve, sans équivoque, que le dépôt le plus jeune ne peut être que les marnes bleuâtres sur lesquelles se trouvent les couches de Crétacé moyen. Dans la région de Widawka et de la Warta moyenne, j’ai rencontré du Jurassique possédant un caractère tout à fait différant du Jurassique de la chaîne Cracovie—Wieluń, au point de vue de la faune et de la pétrographie. Dans la région de Gawłów et de Skąpa on rencontre des calcaires blancs d’une stratification fine et compacte. Siemiradzki [12] en énumère les fossiles Astarte süpraeorallina Orb., Protocordia eduliformis Roem. , Pleuromya donacina Ag. Dans le village de Brutus on voit des calcaires jaunâtres avec des fossiles Pleuromya tellina Ag. var. Agassizi Lew., Pentacrinus pentagonalis Gold f., Terebratula sp. Si nous nous dirigeons vers le Nord, nous rencontrons à Korablew et en partie à Sarnów un conglomérat de calcaire avec de petits escargots du genre Cerithium, Nerinea, Natica, Chemnitzia, de plus des spécimens d1 Astarte Saemanni Lor. Les calcaires de Gawłów et de Skąpa appartiennent à l’horizon Oppelia tenuilobata et Rhynchonella inconsfans (12, p. 436). Les calcaires du village de Brutus ressemblent à la partie inférieure des calcaires en dalles, c’est pourquoi ils représenteront la partie inférieure du Kimméridgien moyen. Les calcaires de Korablew au contraire avec les fossiles Astarte Saemanni Lo r. représenteront probablement le Portlandien inférieur. Lewiński [8] et Siemiradzki [12] décrivent les calcaires de Burzenin, Ruszków, Barczew, Wielka Wieś et de Brzyków, et ils les classent soit dans la couche de la zone Oppelia tenuilobata soit de la zone Exogyra virgula. Sur les calcaires susdits de Brzyków et environs reposent des conglomérats de calcaires prd^ bablement plus jeunes de Kimméridgien supérieur. Les calcaireą de Trojanów près de Kalisz représentent tout le Kimméridgien et probablement le Portlandien inférieur [21]. Ci-dessous nous donnons le schéma stratigraphique des dépôts jurassiques situés à l’Est du versant de l’anticlinorium de la chaîne Cracovie—Wieluń, et de synclinorium de la Nida, ainsi que la comparaison avec le Jurassique des autres pays. D’après ce schéma on voit que le Jurassique de la chaîne Cracovie—Wieluń et de Trojanów ressemble beaucoup à celui de l’Allemagne méridionale. Ces dépôts chez nous ainsi qu’en Allemagne, marquent la grande différenciation de faciès, ce qui rend très difficile de déterminer son âge et la parallèle. Cette différenciation dépend de la formation des dépôts soit dans l’anticlinorium Cracovie— Wieluń, soit dans le synclinorium de la Nida. Un phénomène très caractéristique est la grande ressemblance de faciès du jurassique de Korablew au Jurassique de Niżniów (Podole) et à Andrychów (Carpathes). Ce phénomène est tout à fait compréhensible dans le rapport paléographique de ce temps, qui fut représenté très clairement par prof. J. Nowa k [23]. Le synclinorium de la Nida se dirige vers le Sud et le Sud Est dans le synclinorium près-carpathique et de Pokucie (Nowak, [23]), et s’unit dans un espace considérable avec le synclinorium de Niżniów—Varsovie—Gdańsk. En cet égard il est facile de comprendre que dans toute cette région il y avaient des semblables et même des conditions identiques de la formation des dépôts jurassiques. Parmi ces bassins d’eau s’élevait probablement encore dans le Portlandien inférieur la terre de Święty Krzyż. La transgression postérieure du Crétacé moyen inondait probablement encore une fois le synclinal de la Nida. Il faut remarquer, que les dépôts à faciès très variable, observés par nous, non seulement sur le terrain du Jurassique supérieur, mais aussi de celui de moyen, témoignent de permanence des mouvements de cette partie terrestre dont la crue augmente ou diminue.

Full Text:

PDF